Course de ligue à l’AMO le 1er octobre 2017

Depuis que les sites des prochains CF ont fuité à la coupe de France, et que Montpellier fait partie des « winners », j’ai envie de refaire un tour en terre occitane pour juger par moi-même l’intérêt (ou non) d’aller jouer là-bas à l’occasion d’un CF.

J’ai donc fouillé, cherché une date de course et finalement, j’ai appris que le 1er octobre se déroulait la dernière manche du championnat de ligue 13. Banco. J’en parle autour de moi, et je trouve un camarade pour m’accompagner. Un point sur les forces en présence, pas beaucoup de pilotes, de mémoire une petite vingtaine, voire moins, à 50/50 entre le touring (uniquement 13.5) et la F1.

Ze piste

Alors pour répondre à la première interrogation, oui c’est grand, oui c’est large, oui c’est rapide. Mais pas que. Car cela serait trop simple de résumer la piste à une autoroute sans saveur, car il en est tout autre. Déjà, une chose peu évidente pour beaucoup, il faut de la PRECISION. Drôle de concept me direz-vous mais ô combien important. On va pas se le cacher, on a besoin également d’une garde au sol importante et pour finir (ou pas), des poneys, des watts, des canassons. Si vous avez au moins 2 sur 3 au questionnaire, ça sent bon, dans le cas contraire, bon courage.

Ze race (qualification)

A l’arrivée sur le site, on se rend compte qu’il a plu la veille. Bon, tant pis et pas de flotte annoncée pour aujourd’hui, ça nous suffira. Pour info, était conjointement organisée une course 1/5, ce qui rendit les essais du matin pas glop en plus de la piste humide. On fait donc l’impasse et on attend patiemment la Q1 pour se dégourdir les doigts. Mauvais point et surtout totalement inutile.

Q2, la piste commence à être praticable, on a changé une bricole à l’auto ça paye presque mais c’est pas encore l’extase.

Et enfin Q3. Voiture juste bien, avec ce petit zest de confiance retrouvé qui fait plaisir et qui permet également de ce rendre compte à quel point la piste est sympa.

Il est presque midi, il est temps d’aller honorer la buvette du club.

On en profite pour prendre quelques photos de notre environnement de la journée

Ze race (finales)

Il est maintenant l’heure de régler ses comptes. Oui car contrairement aux habitudes, la direction de course a choisi de conserver les 2 meilleures manches plutôt que la meilleure. C’est le héros local, Jonathan Claux, qui de part sa connaissance de la piste et malgré des conditions franchement pas bonnes, fait la pole. Je me devais de ne pas en rester là vous l’aurez compris.

Pour cette première finale, je réalise un départ canon, et après seulement une petite poignée de virages, je suis déjà devant. Devant, je vais le rester jusqu’à environ la mi-course quand j’hésite sur le dépassement d’un retardataire, ce qui engendre mon passage sur le toit ainsi que la perte de précieuses secondes. Du coup, John reprend son bien jusque dans la dernière minute, où en pilote consciencieux que je suis, je ne l’ai pas laissé filer tout seul et le passe pour finir cette 1ère manche de finale en number 1 in extremis.

Bon on va pas se mentir, ça s’est bien goupillé, même si ma connerie aurait pu coûter cher, mais mon karma m’a bien aidé sur ce coup. Pour A2, il s’agit de ne pas trop insister avec celui-ci et surtout d’arrêter de se faire peur tout seul. Et bien cher fan, ce départ fût comment dire, rapide et exemplaire. Départ=> premier virage=> je double=> hole shot et rdv dans 5 minutes. Peux pas mieux dire, juste parfait.

La A3 sera l’occasion d’essayer des choses dans un état d’esprit plus serein. Tests qui au final ne s’avèreront pas constructifs du tout. Moins rapide, moins de confort, du coup plus de confiance. Pas la peine de trop la ramener, on fait profil bas et on profite des bons moments de la journée.
C’est donc course gagnée. En arrivant à 8h ce matin, j’avais des doutes sur les possibilités de jouer tout court, et puis finalement, tout s’est bien enchaîné.

Ze épilogue

Ne nous voilons pas la face, il ne s’agit pas de la course du siècle. Mais à bien des égards, je retiendrai plein de choses positives. Tout d’abord, la piste. Grosse semi inconnue à mon arrivée, il s’avère que oui, elle a vieilli mais que oui, c’est tout à fait praticable pour les petites échelles. La preuve en est, les F1 y roulent sans souci. Ensuite le club. Très volontaire et voulant faire plaisir à tout le monde, il a réussi à faire coexister 2 disciplines aux antipodes l’une de l’autre le même dimanche (ils ont même pris la peine de mettre à disposition des balayeuses mécaniques pour nettoyer la piste entre les manches de grosse échelle). Reste des efforts à faire sur la ponctualité (3/4 d’heure de retard à la fin) mais rien de rédhibitoire. Tu l’auras compris, cher lecteur, les absents ont eu bien tort.  Donc pour l’ouverture de la saison outdoor 2018, ça sera très sympa de la démarrer chez eux et peu importe ce que dirons les rageux

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s