Course de ligue indoor au RMCP 15/10/17 (round 1)

Ze introduction

C’est le club de Pierrelatte, dans le sud Drôme, qui a eu l’immense privilège d’organiser la reprise du championnat de ligue indoor.
Contrairement aux habitudes, la dimension de la piste avait été revue: ce ne fût non pas 5 mais 4 rouleaux qui furent utilisés pour la conception de celle-ci. Cela découle d’une réflexion liée à la fois à une volonté de gagner du temps pour le montage et démontage mais également d’un gain de place pour loger de manière plus confortable tous les pilotes. Les commentaires ont été positifs, cela devrait donc être renouvelé.

Malgré la météo extrêmement clémente de ce début d’automne, 31 pilotes ont répondu présents pour s’affronter sur une piste pleine de périls. C’est pas mal, mais soyons honnête, au regard de la météo très ensoleillée pour ne pas dire idyllique, c’est même franchement bien payé. Bref, la répartition des pilotes fût la suivante:

Touring découverte: 3
Touring 13.5: 8
F1: 9
1/12 13.5: 9
1/12 modifié: 2

Ze race (qualifs)

Découverte

C’est une chose suffisamment peu habituelle pour être soulignée, la présence d’une demoiselle lors de cette course. Jennifer concourait en catégorie découverte et s’est montrée tout à fait à la hauteur et même plus. Pour preuve, sa nette supériorité sur ses 2 jeunes poursuivants avec un écart d’au moins un tour à chaque qualif. Derrière, une lutte fratricide s’engage au sein de la famille Peugeot et c’est Arthur qui prend l’avantage sur Baptiste, ce qui lui permet de saisir la deuxième place et Baptise la 3ème

Touring stock 13.5

En 13.5, c’est plus corsé. Même si Arnaud Soulignac, en docteur ès course moquette et finaliste A de deux ETS mène la danse, derrière c’est plus nuancé. Fabien occupera la deuxième place, à distance respectable d’Arnaud et nettement moins de Ludovic. Les frères Nardeux eux-mêmes très proches, se disputeront la troisième pour seulement 7/10!!!! C’est extrêmement serré vous l’aurez compris. Ensuite, l’ordre sera le suivant: Sébastien, Cédric, Olivier, Widy et Hugues.

Formule 1

Christophe Rivière, déjà couronné champion de la ligue 10 prendra rapidement le contrôle des qualifs. A sa suite, un talent émergent du nom de David « Dugrand Mendez » Gaz, petit jeune qui nous vient de Nimes et qui s’est mis récemment à la voiture R/C. Eric Bellina aurait pu lui contester sa place, mais de trop nombreuses petites erreurs lui coûteront ce luxe sur la grille. Cyril, posté en embuscade, en profite lui pour empocher la 4ème place. Ca a été très chaud entre le nouveau venu en F1 Widy Gimard et le très expérimenté JP Boissonade, mais la chance du débutant a vaincu l’expérience et c’est donc Widy qui profite de la 5ème place. La suite du classement: Kevin, Philippe et Alain.

1/12 stock 13.5

Bataille au somment entre Tanguy Vandre et Jonathan Miller, l’un comme l’autre pouvant ramasser le gain de la pole. Tanguy va finalement encaisser les gains pour 2 secondes sur 8min. Les écarts par la suite seront beaucoup plus importants d’un pilote à l’autre. L’ordre de la suite du tiercé: Patrick, Henri-Philippe, Cédric, Nathan, Patrice et Serge.

Ze race (finales)

Bon, c’est pas tout ça mais on a passé la matinée à affûter les couteaux et les hâches dans un seul but: LES FINALES!!! Donc faut que ça serve.

Découverte

En découverte, Jennifer malgré une excellente première finale, craquera à la seconde. Elle devra se refaire à la troisième, ce qu’elle fit mais de justesse. Suffisant pour gagner cette course, podium complété par Arthur 2ème et Baptiste 3ème.

Touring stock 13.5

Tout comme sa bien-aimée, Arnaud gagne sa caté. non sans se goinfrer au passage puisqu’il ne prit même pas la peine d’en laisser une des trois à ses camarades. Du coup, moi-même fait 2 et Seb, qui a réussi à se défaire de son frère fait 3. Suivent donc Ludo, Cédric, Widy, qui intervertira sa place des qualifs avec Olivier et enfin Hugues. 

Formule 1

Contrairement aux deux catés citées juste avant, le leader n’aura jamais eu la chance de passer la ligne d’arrivée en tête car toujours victime d’accrochage avec des retardataires. Et c’est le jeune Mendez qui bénéficie de ces faits de course pour toutes les gagner! (ndlr: je sais pas si le petit Mendez à une copine, mais à sa place je me poserais des questions, autant de chance dans la même journée c’est louche, enfin je dis ça je dis rien…). Christophe finissant à une confortable deuxième tout de même. Et c’est Cyril toujours en embuscade qui attrape au vol la dernière place du podium. Ensuite, et dans l’ordre, Eric, Kevin, JP, Widy, Philippe et Alain.

1/12 stock 13.5

Pas de changement dans le top 3 des qualifs,Tanguy, Jonathan et Patrick. Cela se complète par Henri-Philippe, Cédric, Nathan qui a échangé sa place avec Patrice. Serge ferme la marche.

Ze technique

Touring

On en a fini avec les exploits de ces messieurs (dames), maintenant nous allons parler de leur outil. La grosse (et seule) sensation « matérielle » du weekend c’est la présence de la nouvelle Xray T4 2018. Bon, on va pas se laisser aller à lire la fiche technique, se serait un peu chiant et pas très utile. Pour faire simple, nouveaux amortisseurs et masses recentrées. Pour vous rassurer (ou non) elle est toujours aussi orange. Mis à part ça, pas grand chose. Ça marche, ça va vite, ça prend pas la tête. Beaucoup de choses sont transférables de la 2017 à celle-ci, ce qui est un point qui m’a grandement rassuré.

L’exemplaire de Cédric Gerbert :

On pourra constater que le pilote se sera déjà laissé tenter par le châssis aluminium et une paire de courroies blanches. Sinon RAS, du simple et de l’efficace.

Et celui de Arnaud Soulignac:

Arnaud comme on peut le voir, en configuration ETS stock en version 2016/2017. Un petit peu plus de détails sympa, comme notamment les lests en laiton usiné « home made », le tout recouvert d’une délicate couche de gaine thermo noire pour un côté élégant. Rien d’extraordinaire, juste une petite pointe de classe assez flatteuse.

 

La Xray T4 2017 reste une auto encore extrêmement populaire, nous en trouvions encore 3 exemplaires dans les stands. A la vue des changements 2017=> 2018, on est clairement en droit de se demander s’il est pertinent (voire intelligent) de changer, d’autant plus dans ce cas-là.

Le modèle de Sébastien (ou Ludovic 🙂 ):

Là encore du simple et de l’efficace.

On entend souvent dire que la piste 1/10 électrique est très (trop?) exigeante, qu’il faut du matos dernier cri sinon même pas on se présente en course. Bref qu’en gros, si t’es pas blindé, va jouer ailleurs. Les deux exemples ci-dessous nous montrent le contraire. On ne finira pas de le dire et de le répéter, les moyens sont une chose, si vous roulez jamais et que vous ne vous entraînez pas régulièrement, vous aurez beau claquer d’la thune autant que vous voulez, vous ferez pas mieux qu’avec du matos nettement moins hype. J’en veux pour preuve ces Xray T4,  la première millésime 2013 et l’autre, 2016.

Widy Gimard, pilote Schumacher pour la France, roulait ici avec la MI6.

 

 

 

 

 

Formule 1

On retrouve une majorité écrasante de Xray X1, toutes générations confondues. Sur celle de Christophe Rivière on apercevra des choses assez sympa, d’autres moins. Parmi les sympa, le support de ventilateur en carbone made by JP Design, permettant à la fois de fixer un ventilateur soufflant sur la tête et un autre sur la cage. Détail moins glamour, la couleur des fils de puissance, mais on peut pas tout avoir, la pole position et le glamour 😉

Autres création de JP Design AKA Jean Paul Boissonade, une cale de réglage de chasse/carrossage, toujours pour Xray X1:

Ze épilogue

Qu’est-ce-qu’on retiendra de cette course. La piste en premier je dirais. Certes plus rapide et courte que d’habitude, l’utilisation de 4 rouleaux a permis un gain de place plus qu’appréciable et j’aime à penser que la technicité du tracé n’en a pas souffert. Ensuite, les effectifs. 31 pilotes qui se réunissent pour rouler sur moquette quand il fait encore 20°C dehors, c’est quand même pas mal du tout. Je nuancerais toutefois, c’est 31 pilotes à répartir sur 5 catégories. Reste à espérer que cela prenne du volume pour les prochaines manches. Pour finir, Nono Soulignac en orange, de mon vivant, je ne pensais pas être un jour témoin d’un tel changement. Mais si, il l’a fait. J’en suis encore tout émouvé.
Reste plus qu’à vous donner rendez-vous le 5 novembre pour en découdre encore dans la joie ET la bonne humeur.

Bisous.

Ze ambiance

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s