Course de ligue indoor au RMCP 05/11/17 (round 2)

Ze introduction

Nous y voici mes petites colombes, déjà la deuxième course indoor de cette saison 20017/2018.
Parlons chiffres tout d’abord. Les effectifs se tiennent par rapport à la précédente course. On a surtout revu des têtes qui nous étaient sympathiques ainsi que de nouvelles! Encourageant pour la suite et ça montre que l’info passe bien. Pas de découverte ce coup-ci, dommage, car le renouvellement de la base passe par là. Donc on vous attend TOUS le 3 décembre pour l’ultime manche de 2017.

Touring mod : 1
Touring stock 13.5 : 9
F1 : 9
1/12 stock : 7
1/12 mod : 5

Ze race (qualifs)

Touring modifié

On la fera courte puisque en touring modifié, il n’y avait qu’un seul pilote, Brice Turco. Du coup, par manque de combattant on s’éternisera pas dessus désolé 😦

Touring stock

Là on peut faire monter la sauce. Grosse bagarre entre Fabien V. et Sébastien Nardeux qui se disputent à coup de 1/10. Derrière ça ne cesse pas pour autant de se chamailler étant donné que Ludovic Nardeux ne veut pas se laisser distancer et fait tout son possible pour rester extrêmement proche du duo de tête. Derrière on commence à décrocher du wagon avec Eric Loge qui a presque 1 tour de retard sur la pole (ndlr : enfin ça c’est ce que dit le comptage, mais je soupçonne une erreur quelque part au vu des chronos précédents et suivants qui me semblent plus cohérents). Ce début de milieu de tableau est complété par Cédric Gerbert et Olivier Loupiac. Pour finir le dernier tiers sera occupé par Mattéo « Mirouf » Puntil, Romain Sansano aka RS Modélisme et Laurent Salle.

Formule 1

Alors là mes aïeux ça va être encore plus tendu que tendu, le top 3 est contenu dans à peine 1 sec ! Bon comme il faut bien les départager, Kevin embarque la pole suivi par David « Dugrand Mendez » Gas et Abel Martinez en 3. Ca reste encore pas mal serré derrière avec un JP Boissonnade qui s’accroche bien et Pierre Mahet bien décidé à ne pas se laisser faire par les locaux déjà bien affûtés. Ce qui fait qu’au bout du compte, nous retrouvons 5 pilotes dans le même tour après 8 min, c’est dire comment c’est chaud bouillant. La suite est composée de fortune diverses avec Cyril Albina en 6, Cyril Mariau en 7, assez loin après Xavier Hosxe et Alain Dufour.

1/12 stock

Là, c’est pas la même du tout. Tanguy Vandre a planté son drapeau et personne ne sera en mesure de lui contester. L’intérêt résidait ailleurs vous l’aurez compris : la contestation s’organise, car si Cédric Berland fera office de sentinelle, les 4 pilotes suivants sont bien motivés pour en découdre pour la lutte ultime du podium. Ces 4 pilotes seront dans le même tour sur 8 min, la moindre erreur se payant cash. Donc la hiérarchie de cette course dans la course est celle ci : Patrick Garcia, Henri Philippe Susini, Patrice Monet et Nathan Atlani. Vincent « Zezette » Clogier ferme la marche.

1/12 modifié

Pas vraiment de suspens ni de débat, les écarts sont importants entre les pilotes, 1T entre le poleman Jonathan Miller et PePe Caso, 3T entre PePe et Patrice Monet, 3T entre Patrice et Jean Luc Guigou et 4T pour finir entre Jean Luc et Philippe Fages.

Ze race (finales)

Touring modifié

Brice se sera vaillamment battu contre lui-même, mais ce ne fût pas suffisant puisque c’est Brice qui gagne à l’issue des 4 finales.

Touring stock

Le couple formé pour l’occasion par Seb et Fabien tiendra ses promesses de baston jusqu’à la fin où il fallut attendre la toute dernière manche pour les départager. La réussite penchant en faveur de Fabien, c’est donc lui qui gagne la course, suivi donc de Seb à égalité de point, les 2 étant départagés par leur meilleur manche. Suivent Ludo et Eric à seulement un point d’écart. Le reste du quinté restera dans l’ordre des qualifications : Cédric, Olivier, Mattéo, Romain et Laurent.

Formule 1

Si on peut dire qu’il y a eu du rififi en finale touring, que dire de ce qui s’est passé en F1. Le pole man ne concrétisera pas en faisant 4. David n’aura pas réussi quant à lui à trouver le moyen de profiter des désagréments de Kevin, mais maintiendra sa 2ème place. C’est Abel qui réalisera la meilleure opération, passant de 3 à 1er. Autre joli bond en avant pour Pierre qui gratte 2 places, le propulsant de 5 à 3, ce qui nous complète le podium. Le 5 n’est autre que notre JP à égalité de points avec Kevin, puis Cyril, Eric, Xavier et Alain.

1/12 stock

Les finales seront à l’image des qualifs, sans gros suspens. Tanguy prend de suite la main et laisse les autres se débrouiller. Du coup, bah ma foi Cédric fait de même et conserve sa 2ème place. Pour la 3ème place, c’est plus compliqué quand même, Patrick et Henri Philippe se trouvant à égalité de points. Comme toujours c’est la meilleure manche qui les départagera au profit de Patrick. Et pour finir, Nathan, Patrice et Vincent.

1/12 modifié

Un peu plus mouvementé mais guère plus, Jonathan gagne la course, PePe fait 2 et Patrice 3, les 3 pilotes ayant chacun une marge somme toute confortable sur leur poursuivant respectif. Jean Luc et Philippe clôturent le classement.

Ze podiums

Ze technique

En 1/12, RAS, rien vu de révolutionnaire. Généralement, les autos sont bien préparées et les pilotes minutieux. L’emploi d’un vario dédié (1S) est très répandu, comme par exemple ce contrôleur en provenance de chez ZTW.

Formule 1

Même si le modèle de chez Xray est toujours aussi populaire, pour les raisons évidentes que l’on sait, on ne peut que constater que les concurrents commencent à lui tailler des croupières. Pour preuve, le trio de tête était composé de 3 marques différentes: VBC, Xray et Serpent. Arrêtons nous sur 2 autos plus particulièrement:

Xray X1 ’17 de David Gas

On remarquera l’emploi d’un moteur « low cost » HobbyKing (plus que suffisant sur moquette), d’une ventilation avec support JP Design (à titre personnel, je doute de la pertinence de souffler sur la cage directement, mais vaut mieux ça que rien du tout) et d’une protection de billes de différentiel.
Le contrôleur est un LRP Work team, ce qui contraste un poil avec le moteur HobbyKing 😉 L’utilisation du sauve servo était généralisée, ou quand il faut choisir entre durée de vie du matériel et précision.
On passera sur l’aspect plat de spaghetti de l’installation de l’électronique, tout est à sa place et rien ne semble gêner le travail du train arrière, chose ô combien importante et pourtant si souvent négligée. Pas d’utilisation de la « rallonge » de l’amortisseur central, pourtant très à la mode. D’après le pilote, aucun gain significatif. A creuser dans le futur.

Serpent F110 SF3 d’Abel Martinez

La répartition des masses est différente de l’essentiel de ses consœurs. Le but recherché est de recentrer les masses. Le châssis alu était utilisé. L’amortisseur central semble assez petit en volume en comparaison aux autres. Il serait intéressant de connaître la raison de ce choix technique.
Contrairement aux concurrentes, un seul damper est utilisé. Vu la position retenue de la batterie, 2 dampers auraient été compliqué à placer et surtout tout (trop?) petits (un peu dans le style la première F1 Yokomo).
Visuellement un peu chargé, le train de la Serpent fait appel à des triangles supérieurs en plastique, ce qui permet de régler le carrossage sans faire appel à des inserts, comme sur la Xray. Les inserts sont  toutefois conservés pour la gestion de la chasse. Pour des raisons de précision, le pilote n’aura pas retenu l’utilisation d’un sauve servo.
Pour finir la petite touche acrobatique, ou comment installer (enfin plutôt essayer d’installer) un vario moderne sur la voiture. Si en configuration ETS, cela ne doit pas poser de trop gros problème, avec une électronique plus conventionnelle cela offre un résultat assez étonnant.

Touring

Encore une fois, beaucoup beaucoup de Xray, toutes générations confondues. Le millésime 2018 est déjà bien implanté, mais le podium sera full 2017 par exemple. 2 Yokomo seront en piste pour tenter de jouer les outsiders, celles d’Eric Loge et de Mattéo Puntil. Jusque là, pas grand chose d’extravagant, on est d’accord. Jusqu’à ce que Brice nous sorte une petite chose exotique qu’on appel CAPRICORN. Ah on en voulait de la différence et du dépaysant! Et bah voilà on est servi!

Capricorn Lab TE03 pro de Brice Turco

L’auto ne passe pas inaperçue déjà, toute rouge anodisée. Les plus experts d’entre vous se seront rendus compte de pas mal de similitudes avec les modèles de la marque ARC. On peut citer facilement toute la géométrie, allant même jusqu’à utiliser les pièces plastiques.  Je soupçonne des pièces alu ayant les mêmes côtes voire être des pièces ARC anodisées rouges. Bref, du coup, est ce une R11 de couleur rouge? Et bien non… Oh non. Déjà la nature du carbone n’a pas du tout la même origine. Ensuite, et je pense que c’est la grosse différence avec les autres autos, dont la ARC, c’est la fixation des triangles sur les cellules. Autre subtilité, celle-ci étant un héritage de la culture 1/8 piste nitro, l’utilisation de plastique chargé en kevlar, donnant ce côté jaune aux différentes poulies. Pour finir ce bref tour du proprio, l’utilisation de la platine option verticale. Le pilote aura beaucoup travaillé tout au long du weekend pour améliorer son auto, jusqu’à donner des signes très encourageants en fin de course.

Ze épilogue

Que dire? Tout s’est globalement bien passé, tout le monde (enfin je crois) est reparti content de sa journée voire de son weekend pour certains. En plus la météo était avec nous puisque dehors au mieux on se gelait au pire on se faisait rincer 🙂 Qu’est ce qu’on était bien dedans!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s