Course de ligue outdoor à Beaumont Monteux (ligue 9), 06/05/18

Bonjour mes petites colombes, on se retrouve enfin!

Désolé d’avoir était si long, pas mal de chose en parallèle à la RC à finir. Bref, nous y sommes, et pour de bon.

Ze introduction

#1

Pour un certain nombre de participants, cette course fût l’occasion d’être une répétition grandeur nature pour la manche de championnat de France qui aura lieu à la fin du mois de mai (les 26 et 27 pour être précis). Un certain nombre pas très élevé d’ailleurs: compte tenu de la proximité avec un « viaduc » de jours fériés et des conditions climatiques plus que favorable tout le weekend, il est étonnant que cet événement  n’ai rassemblé que « si peu » de monde. Tant pis, les absents (encore une fois) ont eu bien tort, d’autant qu’en plus de la bonne humeur généralisée, nous attendez une piste préparée aux petits oignons par l’organisation.

#2

Autre « déception », un manque cruel de nouvelles têtes. Avait été ouvert pour la circonstance une catégorie découverte. Il est assez rare de voir celle-ci durant nos courses de ligue et cela serait cool de reproduire ce type d’initiative pour faire rouler les moins experts d’entre nous en compétition histoire qu’un jour, peut être, l’on arrive à rajeunir les effectifs.

#3

Pour finir, si la catégorie précédemment citée est amicale (puisque n’apparaît plus au règlement FFVRC), la formule 1 elle, pourtant au catalogue ne rassemblera que 5 pilotes. Surprenant. Est ce prophétique pour les mois et années à venir… Who knows.

Ze race

Découverte

Comme ce fût le cas tout l’hiver, c’est un duel fratricide qui opposera Arthur et Baptiste, qui tournera à l’avantage du premier. Suivis de loin par Jérémie et Nathan, pour qui c’était leur toute première course, bravo à eux!

En finale, ça sera un remake pur et simple du classement des qualifs, rien à ajouter.

Des jeunes et un moins jeune sur ce podium 😉

1/8 BL

A l’inverse de la catégorie au-dessus, on ne retrouvera que des pilotes chevronnés dans cette catégorie. Celle-ci se courrait sur 6 min et c’est le local Cédric qui s’impose face au chrono, suivi par Christophe, Julien et Patrick.

En finale, on prend les mêmes et on recommence. Là non plus donc pas de changement par rapport aux qualifs.

Pan Car

Y a un revival de la catégorie, et les pilotes locaux font partie de ceux qui ressortent les planches à roulettes pour le plus grand plaisir des nostalgiques de la R/C. Tanguy, en bon taulier, s’empare de la pole avec 2 tours d’avance sur Serge. Tout juste derrière, Rémi se trouve à moins d’une seconde. Ensuite, on retrouve des fortunes diverses avec dans l’ordre Patrice (Monnet), Cédric, Patrice (Miquel) , Patrick et pour finir Daniel.

Tanguy s’imposera durant les 3 finales, ce qui pliera l’affaire de la victoire rapidos. Mais l’intérêt ce trouvait ailleurs… Beaucoup de changements se sont produits durant les finales, ce qui accessoirement a fait travailler le cardio de pas mal de ramasseurs 🙂 Donc. Cédric, parti de la 5ème place, remporte, au terme d’échanges parfois très virils avec Daniel, les 3 2ème place. Daniel quant à lui nous fera la remontada de l’année, passant de 8 à 3! Autre belle remontée, Patrice (Miquel) passant de 6 à 4. On complétera avec ce classement final avec Serge, Remi, Patrice (Monnet) et Patrick.

Formule 1

Jérémy prendra la pole avec une confortable avance sur Frédéric, lui même en ayant une grosse sur Kevin. Pour compléter, Pascal et Michel ferment la marche.

Jérémy n’aura pas défendu sa première place, les 3 finales étant gagnées pas Frédéric qui en toute logique s’impose. Bon début pour une première sur bitume. Kevin complétera le podium non sans avoir lutté. Pascal et Michel achève cette finale à leur place des qualifs respectives.

Touring stock

C’était la catégorie qui regroupait le plus de pilotes. Jérémy, habitué de la catégorie modifié était venu faire une pige en stock, pige qui se solde par la pole… ET pole confortable qui plus est. Fabien aura bien tenté de le suivre, mais la roue du karma en décidera autrement. Julien, très proche, restera que très proche et finira 3. En 4 Yann, et 5 Guillaume et en 6 Briac, qui clôture le club de 17t en qualif (allant de 17t 5’00 » à 17T 5’12 »). En 7 Eric, en 8 Hugues, 9 Romain, 10 Corentin et pour finir 11 Patrice.

Pour les finales, le duo de tête ne changera pas, Jérémy étant nettement au dessus de la mêlée. Yann réalisera le braquo de l’année en profitant des misères de la tête de course pour gagner la A3, ce qui lui permet de conclure le podium à la 3ème place. Briac, grâce là aussi à une très bonne dernière manche prendra l’ascendant sur Julien, ce qui nous donne respectivement Briac 4 et Julien 5. Guillaume quant à lui perdra des plumes au passage mais surtout une place pour finir 6. Eric ne subira pas de dégât et finira 7 comme en qualif. Bonne opération pour Corentin qui récupère 2 place pour atterrir 8.  Romain, à l’image d’Eric conservera sa place de 9, Patrice sauvera les meubles en finissant 10 et Hugues, grand malchanceux, ne put disputer une meilleure place puisque un gros souci technique l’en empêcha.

Ze technique

Pneus

Dans les stands, les choses semblent s’être calmées quant au choix du traitement: le CS yellow, ou high grip, semble remporter quasi tous les suffrages. Oui quasi car il y en a toujours pour dire que oui mais non. Bon ceux-là sont généralement pas devant, donc inutile de trop s’y attarder. Pour la cuisson, thermostat à 60/70°C pendant 15 à 20 min et servir chaud. Cela semble un bon point de départ, et globalement pour beaucoup de conditions différentes.

Carrosseries

Depuis l’ETS de Madrid, les carrosseries comme la Protoform Type-S, Montech Racer ou Bittydesign JP8 sont apparues en stock. Pour beaucoup, ces carrosseries, très typée « downforce », était réservées aux modifiés. Au final il n’en est rien. Je n’ai pour ma part testé que la Type-S, en version Prolite (la plus légère). Pour faire simple, et au risque d’être caricatural, c’est comme une Mazda Speed 6, mais en mieux: ça tourne plus et c’est plus précis.

Pendant la course, aucune tendance n’est vraiment ressortie, 2 pilotes utilisaient la Type-S, un peu de JP8 et de la M410, de la IS200… Bref il va falloir attendre que les uns et les autres aient pu avoir le temps d’essayer chacun de son côté pour constater ou non une orientation majeure en matière d’aéro.

Electronique

Moulin: c’est très diversifié. Les moteurs « new gen » sont largement répandus dans les stands. Toutefois, tout le monde n’a pas forcément eu ni le temps/argent/motivation pour essayer et renouveler. Encore une fois, pas de tendance, on retrouve du Fantom, PRT, Muchmore…

Contrôleurs: la même en couleur, encore que. Les Hobbywing semble quand même s’être imposés de manière assez pérenne, et à part un HMX de chez Orion, rien d’exotique n’était à portée de regard. Enfin,

Les piles: au jour d’aujourd’hui, il est surprenant de se rendre compte à quel point pas mal de « légendes »  circulent au sujet de l’utilisation des batteries, de leur charge et surtout, de leur sous-estimation dans le rôle qu’elles jouent dans la performance générale de nos autos. Penser raisonnablement que l’on peut faire 2 saisons in et outdoor avec le même jeu de 3 packs sans qu’il y ait de contreparties notables en matière de compétitivité, ce n’est pas réaliste et c’est peu de le dire. Pour paraphraser un grand sage, seules 2 choses sont indispensable, des pneus frais et des piles fraîches, le reste n’est « qu’accessoire ». Je crois que ça résume tout. Pour la provenance, c’est à l’image du reste, très varié: LRP, Yokomo, Team Zombie, IP. Concernant la charge, on voit de tout, mais globalement, 2C et audelas sont devenus courant.

Chassis

Spec-R R2 de Jérémy

Une voiture rare sous nos latitudes. On ne tiendra pas compte de l’aspect cosmétique car oui, il y a pas mal de travail 😉 Mais le pilote a mis beaucoup de coeur à participer à cette course et vu la plaisir pris, nulle doute qu’il ne s’agit pas de la dernière.

Tamiya 419X de Yann

On s’attardera sur ce modèle qui, à l’image de la Spec-R n’est pas très fréquent. A l’inverse toutefois, une auto beaucoup plus flatteuse. Point de moteur « new gen »  ou de pack « stock only » sur cette auto, qui a fini à une excellente 3ème place, comme quoi…

Team Magic E4RS3 de Hugues

Hugues est un fan invétéré de la marque. L’auto semble proche de la boîte, celle-ci étant plutôt bien équipée d’origine. Il utilise les amortisseurs de la marque, à la différence de ce que pouvaient faire certains pilotes officiels qui eux utilisaient des modèles Xray associés il est vrai à des supports d’amortisseurs spécifiques.

Yokomo BD7 d’Eric

On continue dans le pas très répandu avec cette Yokomo. Une fois de plus, c’est très proche du kit. Seuls peut être les cardans double articulations d’origine Vigor ne font pas partie du package originel.

Team Xray T4 ’18 de Jérémy L.

La voiture de la win. Pas de courroies blanches ou autres artifice, ni même le renvoi de direction en aluminium, mais les PSS utilisées à l’avant et d’autres indiscrétions ça et là comme par exemple les triangles rabaissés devant ET derrière ou encore très peu de pincement employé.

Ze épilogue

Bon bah je crois qu’on a bien fait le tour. Comme souvent il en faut peu pour passer un excellente journée et tous les éléments étaient réunis, vivement la prochaine.

Coupe de France indoor à Montbrison les 24 et 25/02/18

Ze introduction

Mes petites colombes bonjour. C’est avec du délai il est vrai que je vous livre mon compte rendu sur cette Coupe de France indoor qui s’est déroulée le weekend du 24 et 25 février 2018. Pour poser le cadre, Montbrison, c’est facile à trouver, c’est accessible et c’est une équipe rodée aux événements de cette envergure. Du classique en somme.

Commençons par les points positifs. L’éclairage de la salle confiée à des LEDS, ce qui permet de s’affranchir de lampe de stand et qui ne vous fait pas ressembler à un lapin albinos en fin de journée. Pour faire simple, on n’a pas souvent l’occasion d’avoir des conditions aussi confortables lors des courses indoor, et c’est très agréable.

Autre raison de se réjouir, la fréquentation. Près de 90 voitures ont été au rendez-vous. Bon c’est à nuancer quelque peu avec le nombre (trop?) important de catégories, mais ça fait tout de même longtemps qu’on avait pas vu autant de voitures 1/10 piste électrique regroupées au même endroit.

Après ce concert de louanges, les points moins agréables. La moquette en tout premier lieu. Très plate, certes, pas abîmée, re-certes, mais niveau grip… Vraiment pas top. Chose d’autant plus surprenante qu’avec autant de voitures à faire des ronds, celui-ci aurait dû monter de manière quasi exponentielle. Et ce ne fut pas le cas. Bref, pour ma part grosse déception. J’entends déjà dire « non mais t’as rêvé, gnagna… ». Ok, admettons. Mais par expérience, au RMCP lors des courses hivernales, y a plus de grip, qui arrive plus vite et avec moins de voitures qui roulent.

Autre sujet qui prêtera surement à controverse, les commentaires de courses et parfois leur « orientation » très orientée… Pas la peine d’en dire plus, les pilotes présents sauront de quoi je parle, les autres lors de leur prochaine visite à Montbrison comprendront bien assez vite.

 Ze race (qualif)

Touring stock 13.5

C’est la catégorie qui représentait le plus gros vivier de pilotes, et oserais-je, la catégorie avec le niveau le plus haut et le plus serré. Pour preuve, tous les top guns du 10.5 ont migré vers le 13.5 et Cyril N’DIAYE, pilote évoluant habituellement en modifié,  s’y est essayé, et non sans succès.

Bon revenons à nos moutons. C’est donc Cyril qui fera la pole, non sans une certaine touche de facilité, puisque à part la Q1, il ne laissera à personne le soin de la lui contester. Et justement cette Q1, qui l’a remporté? Et bien c’est Pierre, et qui, en ne se laissant pas distancer, finira par être qualifié 2. Arnaud, jamais loin de ce duo, finira à la troisième place pour compléter ce top 3. Derrière, ça commence à se faire distancer. Malgré des niveaux de performance excellents, ils ne pourront pas régater avec les 3 premiers. Il s’agit d’une course dans la course et c’est Jérémy qui prendra la tête de la rébellion suivi par Briac, Julien et Basile. Pour finir, dans le dernier tiers de cette finale A qui se profile nous trouveront Mathias, Fabien et Eric, tous deux à égalité de point.

Touring stock 10.5

A l’image de Cyril en 13.5, Briac aura survolé les débats. Xavier et Yoann se seront bien battus et finiront respectivement 2ème et 3ème. Bon, après, ça chute assez fort en terme de performance pure mais au classement on retrouve Jean-Pierre et Marien, 4ème et 5ème. De nouveau un gap important avec la suite, Jean-Christophe et Philippe étant ceux qui s’en sortiront le mieux de ce sous-groupe (6 et 7ème) et Loic, Pierre Nicolas et David referment cette finale A.

Touring modifié

Dans le même esprit qu’en 10.5, nous retrouverons des écarts très significatifs entre les différents protagonistes de cette catégorie, pas aidés non plus par la très faible participation. Avantage notable, tout le monde se retrouvera en finale A sans exception. Faut bien essayer de voir les petits bonheurs où ils sont… Bref. C’est Alexandre D. qui sera le pole man suivi de près par un autre Alex, L. cette fois ci. Tous deux seront très proches mais aucun cadeau ne sera fait et dans les 2 sens. En 3, Cyril, qui aura eu l’occasion de bien poncer la piste ce weekend-là entre le stock et le mod. Thomas sera très proche de Cyril mais pas suffisamment pour s’accaparer sa place. Il se contentera de la 4ème. Derrière ça devient moins constant mais ça reste très rapide. Jérémy et Jonathan finissent 5 et 6. Le trio de fin sera composé par Hugo, Brice et Maxime.

Ze race (finales)

Touring stock 13.5

Je vais pas vous faire attendre et limiter votre arythmie cardiaque et vous donner tout de suite le trio final: ce sera le même en couleur qu’en qualif, je peux pas dire mieux 🙂 Quoi que, la 3ème place a été chèrement acquise par Arnaud, qui, à égalité de point avec  Jérémy a profité d’une manche plus rapide pour s’adjuger cette dernière place sur le podium. Derrière ça se chamaille également beaucoup. Briac qui aura tout fait pour tenter sa chance d’accrocher le podium finira 5. S’en suit Basile puis Fabien et Julien, qui eux aussi à égalité de points seront départagés. Fabien réussissant au passage à passer de 9 à 7 . Mathias et Eric scellent cette finale.

Touring stock 10.5

On prend les mêmes et on recommence. Ca n’aura que très peu bougé entre les qualif et les finales. Jean-Christophe et Philippe vont s’échanger leur place, tout comme Pierre Nicolas et Loic. Pour le reste on touche à rien.

Touring modifié

Pas de gros suspens à prévoir non plus ici, si ce n’est un léger frémissement entre Alex L. et Cyril, eux aussi à égalité de points, mais comme d’hab ils seront départagés par leurs meilleurs manches respectives. Du coup bah, voilà quoi rien de plus, désolé public.

Technique

Awesomatix

Peu de beauté slave dans les stands. Ce modèle m’a interpellé parce que joliment préparée. Bon pour le tour du proprio ont repassera, les moult évolutions et versions de chaque pièces m’ont fait perdre le fil depuis bien longtemps. Place aux images, ça sera plus simple:

Serpent

Je ne pouvais pas ne pas m’attarder sur le seul exemplaire de Serpent dans les stands. Rapidement, on peut voir l’utilisation de la double platine verticale et d’un set de visserie alu de couleur orange. Sa successeure devrait être présentée lorsque vous lirez ces lignes.

Tamiya

Dans le genre châssis qui court pas les rues, on est pas loin du miracle d’en trouver chez nous! A priori il ne s’agit pas de la version « upgrade » XR. L’ensemble est soigné et le propriétaire se dit ravi. Je trouve juste étonnant de ne pas trouver les chapes percées, qui est le tips number one sur Tam.

Team Magic

Et on continue notre petit tour des voitures différentes avec cette TM E4 RS4. Thomas roule avec depuis peu, la faute à une sortie commerciale en retard. La préparation cosmétique est quelque peu, disons, particulière, mais l’essentiel est là et sur la piste, l’ensemble donne satisfaction au pilote.

Yokomo

On retiendra 2 des rares exemplaires présent dans les stands: une BD8 SV et une BD8 2018. D’après un certain spécialiste en Yokomoserie, il existe plein de différence entre les 2… Bon moi je dis, pas tant que ça. Le gros step en matière de performance fut le retour au diff. et au spool de 40 dents, le reste mon bon ami… Bref.

Donc BD8 SV…

…Et la BD8 2018

Xray

Alors dans le genre pas exotique pour un rond, je vous présente la T4! Je vous ferai pas l’injure de lister les nouveautés sur le millésime 2018, ça serait trop court. Donc au lieu de ça, des photos:

Je crois qu’on a fait le tour des choses à voir. Ce fut court mais intense :p J’ai essayé de montrer la diversité importante en matière de chassis, même si, soyons honnête, près de 50% du plateau est conquis par Xray. Pour rester dans le domaine des chiffres, je ne saurais que trop vous conseiller de faire un tour sur le blog de Mathias Rascol qui a pris grand peine à réunir beaucoup d’informations intéressantes et les transformant en statistiques. Et puis il a nettement plus l’âme du photographe que moi 😉

Ze épilogue

Qu’est ce qu’on va bien pouvoir retenir de cette course de France indoor? Premier bon point, la fréquentation (hors 1/12). Montbrison est stratégiquement placé, ce qui rend service aussi. Ensuite une excellente organisation sur le plan logistique. Le club a l’habitude de ce genre de manifestation et ça se voit. Pour les mauvais points, un manque cruel de police sur la piste. On a compris, les top guns du 42 nous prennent un tour et sont à plus de 5m derrière on va ouvrir… Mais par pitié, y a pas que EUX à regarder sur la piste! Mais en parallèle on a vu des choses en pistes qui sont guère tolérables à ce niveau de compétition et comme personne ne sanctionne, ça perdure de course en course. Il serait peut être temps que l’on mette de côté tous nos différends et que ça commence à avancer dans une et même direction, que notre sport et notre passion s’en sorte grandie.

Bises mes colombes.

Course de ligue indoor au RMCP 11/02/18 (round 5)

Ze introduction

Ne boudons pas notre plaisir, c’est avec 40 pilotes que s’est déroulée cette 5ème manche des courses hivernales du RMCP comptant pour le championnat de ligue 10. Le tout conjugué avec l’utilisation de 5 rouleaux, ça nous donne un bon weekend de course sur le papier, mais qu’en est-il dans les faits. C’est ce qu’on va s’empresser de détailler tout de suite.

Ze race (qualif)

Découverte

Arthur et Baptiste remettent ça, et cette fois sans intervention féminine pour arbitrer ce duel fratricide. C’est le premier cité qui aura l’honneur et l’avantage de s’approprier la pole position suivi forcément… Par son frère.

Touring stock

Gros niveau en touring stock, avec sensiblement les mêmes protagonistes que lors de la manche précédente.  BA se détachera de ses poursuivants avec un excellent 28t, mais derrière ça bagarre ferme entre Pierre et Briac qui sont plus qu’au coude à coude avec moins d’1/10 d’écart sur 5 min et tout 2 également en 28t. A la traîne, Fabien, Guillaume et Eric en 27t, avec des fortunes plus ou moins diverses en fonction. S’en suit une série de 4 26t avec Denis, Romain, Gérald et Jérémie qui pour une première sur moquette n’a clairement  pas eu à rougir de son classement. A noter également le minuscule écart entre Romain et Gérald, qui pour 1/10 de seconde, prend la pole en B.

Formule 1

Encore une fois, ça bagarre dur. Gérald n’aura qu’un infime avantage sur Frédéric, de l’ordre de 3/10 sur 8 min, chacun étant les 2 seuls 37t. David, avec un très bon 36t, reste bien accroché au wagon de tête. Puis, toujours en 36t, nous trouvons Christophe, Kévin et Cyril. Pierre et Eric ferment la marche pour cette finale A.

1/12 stock

Une fois de plus, pas grand chose à se mettre sous le bec… De gros écarts (1 tour plein entre Nathan et Patrick) et les autres loin, mais loin…

1/12 modifié

C’est moins pire. Jonathan fait cavalier seul par contre ses poursuivants se disputent l’ordre du trio de tête entre Romain et Patrice. Tout se jouera pour une poignée de 1/10 et c’est Romain qui prendra l’avantage. Henri-Philippe clôture ce classement des qualifs.

Ze finales

Découverte

On prend les 2 mêmes et on recommence. Même ordre final qu’au départ. Une réflexion tout de même: ces 2 jeunes gens progressent à chaque fois un peu plus et ça fait plaisir, même, ça rassure de voir que d’une saison à l’autre, on les retrouve, toujours accompagné de papa, et que ça prend du plaisir en famille.

Touring stock

Pour la première place, c’est plié, BA s’en sera consciencieusement chargé. L’intérêt était ailleurs: la bataille pour la 2ème et troisième place entre Pierre et Briac. Elle n’aura pas duré très longtemps, le teasing de la première n’aura pas tenu ses promesses, la faute surement au jeune âge de Briac. Du coup, Pierre fait 2 et Briac sauve ses fesses en faisant 3. Fabien reste quant à lui 4, à l’image du reste des pilotes de la A qui resteront à leur place acquise en qualif.

Formule 1

Une fois de plus pourrait on dire, la F1 nous a tenu toutes ses promesses de suspense. Dans le top 2, Gérald et Frédéric finiront à égalité de point tous les 2 et ne seront finalement départagés que par leur meilleur manche et encore, de seulement 4/10 de seconde! Pour la peine, c’est Gérald qui gagne et Frédéric qui se « contente » de la deuxième place. Pour compléter le podium, même problématique, Kévin bien remonté de sa 5ème place, et David, sont à égalité de point.  Par contre ça sera moins problématique pour les départager. Et c’est Kévin qui complétera le podium. Ensuite, jolie remontée de Pierre et consolidation de sa 6ème place par Cyril. Christophe lui aura plongé, passant de 4 à 7. Eric ne bougera pas et finira 8.

1/12 stock

Comme toute chose a son contraire, le 1/12 stock sera l’exact contraire de la F1, rien ne bouge, si ce n’est un léger retour d’Alan de la 5 à la 4ème, sinon RAS.

1/12 mod

Tout pareil que le stock, même pas une petite alternance entre les qualifs et les finales.

Ze épilogue

Bon premièrement, peu de photo, je le confesse. Mais pas de révolution ni même d’évolution à découvrir. Mais promis je ferais mieux pour la cup de Montbrison. Pour la course, RAS as usual, carré,  chorégraphié de main de maître par Luc au timing. Bref, the good place to be!

Course de ligue indoor au RMCP 14/01/18 (round 4)

Ze introduction

Par où commencer, si ce n’est par le début. Une participation stable, quoique en légère progression (3 découverte, 14 touring stock, 10 formule 1, 7 1/12 stock, 4 1/12 et 1 touring modifié), le retour tant attendu du 5ème rouleau de moquette et un niveau de malade en touring stock, digne d’une manche nationale. Bref, on ne le répétera jamais assez, les absents ont eu tort.

20180114_132727

Ze race (qualif)

Découverte

Nos 3 protagonistes habituels se sont une fois de plus retrouvés, et comme à l’accoutumée, c’est Jennifer qui s’octroie la pôle en étant la seule à passer les 21T, devant le duo Peugeot frère et frère. Le plus rapide des deux sera Arthur en 20T, Baptiste lui finissant avec un 18T.

Touring stock

Arnaud sera l’homme très en forme de la catégorie. Il le prouvera en étant le seul à passer les 28T. Pierre, venu s’échauffer pour le GP3F, ne se laissera pas abattre et aura tout tenté pour défaire Arnaud de sa pôle, sans succès. Le top 3 sera complété par Briac, lui aussi venu pour parfaire sa condition mentale dans l’optique du GP3F (et il en avait bien besoin). B-A, en difficulté, se qualifiera 4, suivi par Fabien et Yann. Pour boucler cette finale A, Cédric et un revenant qui a dû voir de la lumière, Christophe.

Formule 1

C’est devenu traditionnel depuis le début de la saison, la Formule 1 est la catégorie la plus serrée. Même si Gérald n’a pas voulu jouer le jeu et partira tout seul vers la pôle, les 3 pilotes suivants, Kevin, Frédéric et David (dans cet ordre) ont tous fini dans la même seconde au bout de 8 min !!! Difficile de faire plus tendu pour les nerfs 🙂 Toute cette tension se dissipera peu à peu puisque les écarts vont devenir plus significatifs, pour retrouver Cyril et Xavier en respectivement 35 et 34T, Eric et JP tous deux en 33T et pour finir, Philippe et Alain.

1/12 stock

Si la formule 1 était serrée, autant en 1/12 c’était clairement l’inverse. Patrick avec 42T prendra les rênes, suivi de Nathan en 41T. Et derrière, bah derrière, c’est en 38T qu’on retrouve Alan, « juste » devant David qui pour une première dans cette catégorie s’en sort raisonnablement. Ensuite ça plonge, Philippe en 32T et Vincent en… 15.

1/12 modifié

Et bien là c’est un peu la même chose que plus haut, mais en pire… Pour ne pas changer, c’est Jonathan qui fait la pole en 43T, suivi de Romain en…40T et Patrice en 39T (NDLR : en gros Patrick en stock aurait fait 2 en qualif mod…). Et pour boucler la boucle, Jean Luc en 30T.

Ze finales

Découverte: Jennifer nous rejoue le même scénario que la fois précédente en réussissant l’exploit de laisser sa première place à son jeune concurrent Arthur qui n’en demandait pas tant. Jennifer se classe tout de même à la deuxième place, devant le frère du vainqueur, Baptiste.

Touring stock: Arnaud aura tout nettoyé en remportant toutes les finales. La surprise, ou plutôt la belle surprise, nous vient de B-A, remonté comme une balle de la 4ème place à la deuxième. Celui qui fait les frais de cette remontée c’est Pierre, qui pensait probablement pouvoir remonter sur Arnaud alors que le péril venait de derrière. Briac et Fabien conservent respectivement leur 4 et 5ème place. En fait, ça sera la même pour les places suivantes, si ce n’est que Yann et Cédric auront tout de même besoin d’être départagés. Christophe boucle cette finale A.

Formule 1: à l’image de ce qu’il s’est passé en touring stock, Gérald n’aura rien laissé passer et n’aura aucun scrupule à s’octroyer les 3 finales. Frédéric prendra l’ascendant sur David mais avec de faibles écarts. Kévin sera un peu largué par le trio de tête mais termine à une honorable 4ème place. Cyril et Eric se disputeront eux la 5ème place, mais ça tournera à l’avantage de de Cyril. Philippe poursuit son petit bonhomme de chemin et la castagne se trouvait juste derrière entre Xavier et JP à égalité de point. C’est finalement JP qui fera 8 suivi donc de Xavier. Alain termine lui dernier.

1/12 stock: Bon, à défaut d’avoir eu des qualif palpitantes, on aura eu plus de bagarre en finale. C’est Nathan qui échange sa place avec Patrick et David avec celle d’Alan. Pas de changement pour Philippe et Vincent, respectivement 5 et 6.

1/12 mod: ça sera encore plus simple, on prend (quasi) les mêmes qu’en finale, à la différence prêt que c’est Patrice qui échange sa place avec Romain, sinon RAS.

Ze technique

Commençons par une quasi nouveauté, la Yokomo BD8 2018 de Christophe. Franchement, à part les nouvelles chapes plastiques, qui ont un air de ressemblance avec les Xray et un spool en plastique COMME Xray, y a pas de raison de beaucoup s’émouvoir. Ils avaient déjà sorti une correction qui portait essentiellement sur la réutilisation du diff en 40 dents et des bricoles.

Alexandre Duchet était présent et roulait en modifié. Comme il a joué tout seul, il n’apparait pas dans les résumés ci-dessus. A l’image de Pierre et Briac, Alexandre est passé nous faire le bec pour préparer au mieux le GP3F. Sa caisse est très corporate, pas de bricolage ou de modif apparente.

Denis lui roulait (encore mais pour combien de temps, pensez à passer chez votre bookmaker, on sait jamais) avec une VBC D09. A défaut de pouvoir facilement changer les plastiques, il a viré les amortos pour des modèles Xray noirs. Il utilisait également la version stock spec du contrôleur XR10 de chez Hobbywing, une alternative terriblement séduisante en terme de coût aux vario hors de prix ou plus simplement aux productions maintes fois rebadgées.

Ze épilogue

Encore un weekend bien chargé qui s’achève. Tout était réuni pour passer une bonne course: une piste sympa, des pilotes, un gros level et des paninis. Bref, que demander de plus. Encore merci au club de Pierrelatte pour nous accueillir tous les hivers et rendez vous le 11 février, au même endroit. Bisous.

Course de ligue indoor au RMCP 03/12/17 (round 3)

Je vais faire mon mea-culpa tout de suite, vous ne trouverez pas d’infos sur le 1/12. Le prenez pas mal, mais au niveau de nos courses locales, en 1/12, il se passe pas grand chose sur la piste. Trop d’écarts, peu de bagarre et un état d’esprit sur la piste (en stock en tout cas) un peu limite et des pilotes qui se parlent mal sur le podium. Bref, la catégorie est belle, aucun doute là-dessus, mais c’est juste trop chiant dans l’état actuel des choses pour motiver mes talents (ou pas) de conteur.

Ze introduction

Mes petites colombes, j’ai l’impression qu’on m’a écouté ! Une belle participation pour cette édition, notamment en touring 13.5 où un « record » a été battu. Ça fait plaisir, même s’il manquait quelques pilotes qu’on peut qualifier d’historiques. En plus d’une participation en hausse en touring donc, la qualité était au rendez-vous puisque nous pouvions compter un multiple champion d’Europe en 1/5, un finaliste A ETS stock et un champion de France 200mm, du lourd je vous dis, du très lourd même. Bien entendu je vous laisserai deviner qui est qui 😉

piste indoor rmcp modélisme radio-commandé compétition R/C
La nouvelle scène de crime.

Ze race (qualifs)

Découverte

Voilà une catégorie qui porte bien son nom! Et c’est Jennifer qui donne le tempo à tout le monde en s’adjugeant la pole avec 23T devant le jeune Arthur et son 21T. Romain complète ce trio avec 20T.

Touring stock

C’est la plus grosse catégorie en terme de participation. Ça fait plaisir, d’autant que la qualité était là comme expliqué en introduction. Des couples se sont formés à cette occasion (l’avenir ne nous dit pas s’ils ont planifié de partir en vacances ensemble plus tard). Les 2 premiers ne se seront pas lâchés avec B.A en 31T 5’08 » et Arnaud en 30T 5’02 ». Juste derrière, c’est encore pire puisque tout juste 5/10″ séparent Fabien de Guillaume (30T 5’05″442 pour Fabien et 30T 5’06″070 pour Guillaume). Ensuite, on décroche d’un tour pour retrouver Brice en 29T 5’05 ». Toujours en 29T, deux jeunes gens n’avaient pas non plus envie de se séparer: Yann et Cédric se sont querellés jusqu’au bout pour une poignée de figues puisque finiront avec à peine 2/10 d’écart (29T 5’09″531 pour Yann et 29T 5’09″768)!!! C’est Gérald qui clôture cette finale A (courue exceptionnellement à 8) avec une petite seconde d’avance sur le 9 et pole man en B, Romain Sansano. Voilà qui promet pour les finales.

Formule 1

Même si moins nombreux, le spectacle offert était très sympa. Le trio de tête était composé par Kevin, David et Abel, avec un net avantage pour les 2 premiers, seuls pilotes à passer la barre des 41T (8’06 » pour Kevin et 8’08 » pour David), Abel lui étant à 2 tours (39T 8’01 »). Pierre arrive à ne pas trop décrocher puisqu’il est dans le même tour qu’Abel, mais ensuite, ça dégringole. En 5 JP et 6 Cédric. Pour finir, Xavier en 7 et Alain 8.

Ze race (finales)

Découverte

podium decouverte rmcp modelisme radio-commandee automobileCe coup-ci non plus le pole man (enfin woman dans notre cas) ne tirera pas parti de sa position avantageuse. C’est Arthur, idéalement placé qui gagnera sa première course. Romain pour sa première course (et je ne pense pas que cela soit la dernière) termine à la 3ème place. Ca vaut bien une petite photo 😉

Touring stock

podium-touring-stock-13-5-rmcp-modelisme-radio-commandee-automobileOn prend les mêmes et on recommence. Le classement suivra sans l’ombre d’un changement celui des qualifs. Le duo de tête emmené par BA s’imposera logiquement devant un Arnaud un peu léger en motorisation (je crois que la prochaine ça ne sera pas tout à fait la même…). Pour conserver sa position, Fabien devra lui faire de gros efforts et compter sur une maladresse toute « pinardière » pour garder sa place sur le podium, Guillaume n’ayant lui le droit que de subir la dure loi de la course (ndlr: bien fait pour toi!). Brice lui ne put rien faire pour essayer de se mêler aux échauffourées et se contente de la 5ème place. Même si son classement final ne change pas, Yann et sa Tamtam reviennent dans le game avec des chronos qui se distinguent de ceux de Cédric et qui le confortent à la 6ème place, Cédric accrochant pour sa part la 7ème. Gérald pour son retour au touring clot cette finale A. La finale B sera gagnée par David suivi par Romain et Christophe.

Formule 1

Pour eux ça sera nettement moins calme. Kevin, malgré sa pole ne fera pas mieux que 2ème, laissant sa place à David. Abel se cramponnera à sa place sur le podium mais sans pouvoir disputer mieux. Son camarade Pierre fera 4, JP 5 et Xavier 6. Cedric et Alain
terminent ce classement.

 

 

 

Ze technique

1/12

On s’est attardé sur l’auto d’Alan Mir, pilote du club hôte, pour une raison principale, l’originalité de son châssis. Il s’agit d’une production provenant Black Art à destination des modèles de chez CRC. Sa grosse particularité réside dans son aspect, celui-ci étant moulé en carbone et dont les fibres qui le composent donne la sensation de s’être placées de manière aléatoire, ce qui rend le tout particulièrement rigide. Pour le reste, du classique mais de l’éprouvé.

Formule 1

Le pole man de la catégorie roulait en VBC Racing. Il n’aura apporté qu’assez peu de soin à l’esthétique de son installation électronique et à la réparation de son train avant, mais sur la piste ma foi, ça marche, comme quoi. Par contre, un effort particulier est à souligner pour ce qui est du refroidissement du moteur, avec enfin (d’après moi) un ventilateur soufflant au bon endroit.

Touring

Là, on arrive à un tout autre niveau de préparation, alors ouvrez grand vos yeux et apprenez! Tout est à sa place, tout est choupinet, y a rien qui dépasse… Bref rien à dire. Yann roulait avec une Tamiya TRF 419X, châssis qui se fait assez rare en France, mais qui rencontre un joli succès en Allemagne. Beaucoup de changements entre le 418 et le 419X, mais le principale, ou en tout cas le plus visible, c’est les amortisseurs qui se sont vus rapetisser pour tendre vers les nouveaux standards de taille imposés par Xray depuis la première T4. On va pas lister ici la longue liste des nouveautés, mais la 419X est une vraie nouvelle voiture.

Ze épilogue

Bon, et bien, une de plus. Je pense que majoritairement le tracé a plu, des détails sont à corriger mais tout le monde a eu la même possibilité que son voisin de tenter sa chance. Une belle participation en touring stock, des têtes d’affiches internationales et notre public d’habitués nous confirment que Pierrelatte, c’est the place to be en hiver pour jouer à la petite voiture de ce côté ci du Pecos!!!

Course de ligue indoor au RMCP 05/11/17 (round 2)

Ze introduction

Nous y voici mes petites colombes, déjà la deuxième course indoor de cette saison 20017/2018.
Parlons chiffres tout d’abord. Les effectifs se tiennent par rapport à la précédente course. On a surtout revu des têtes qui nous étaient sympathiques ainsi que de nouvelles! Encourageant pour la suite et ça montre que l’info passe bien. Pas de découverte ce coup-ci, dommage, car le renouvellement de la base passe par là. Donc on vous attend TOUS le 3 décembre pour l’ultime manche de 2017.

Touring mod : 1
Touring stock 13.5 : 9
F1 : 9
1/12 stock : 7
1/12 mod : 5

Ze race (qualifs)

Touring modifié

On la fera courte puisque en touring modifié, il n’y avait qu’un seul pilote, Brice Turco. Du coup, par manque de combattant on s’éternisera pas dessus désolé 😦

Touring stock

Là on peut faire monter la sauce. Grosse bagarre entre Fabien V. et Sébastien Nardeux qui se disputent à coup de 1/10. Derrière ça ne cesse pas pour autant de se chamailler étant donné que Ludovic Nardeux ne veut pas se laisser distancer et fait tout son possible pour rester extrêmement proche du duo de tête. Derrière on commence à décrocher du wagon avec Eric Loge qui a presque 1 tour de retard sur la pole (ndlr : enfin ça c’est ce que dit le comptage, mais je soupçonne une erreur quelque part au vu des chronos précédents et suivants qui me semblent plus cohérents). Ce début de milieu de tableau est complété par Cédric Gerbert et Olivier Loupiac. Pour finir le dernier tiers sera occupé par Mattéo « Mirouf » Puntil, Romain Sansano aka RS Modélisme et Laurent Salle.

Formule 1

Alors là mes aïeux ça va être encore plus tendu que tendu, le top 3 est contenu dans à peine 1 sec ! Bon comme il faut bien les départager, Kevin embarque la pole suivi par David « Dugrand Mendez » Gas et Abel Martinez en 3. Ca reste encore pas mal serré derrière avec un JP Boissonnade qui s’accroche bien et Pierre Mahet bien décidé à ne pas se laisser faire par les locaux déjà bien affûtés. Ce qui fait qu’au bout du compte, nous retrouvons 5 pilotes dans le même tour après 8 min, c’est dire comment c’est chaud bouillant. La suite est composée de fortune diverses avec Cyril Albina en 6, Cyril Mariau en 7, assez loin après Xavier Hosxe et Alain Dufour.

1/12 stock

Là, c’est pas la même du tout. Tanguy Vandre a planté son drapeau et personne ne sera en mesure de lui contester. L’intérêt résidait ailleurs vous l’aurez compris : la contestation s’organise, car si Cédric Berland fera office de sentinelle, les 4 pilotes suivants sont bien motivés pour en découdre pour la lutte ultime du podium. Ces 4 pilotes seront dans le même tour sur 8 min, la moindre erreur se payant cash. Donc la hiérarchie de cette course dans la course est celle ci : Patrick Garcia, Henri Philippe Susini, Patrice Monet et Nathan Atlani. Vincent « Zezette » Clogier ferme la marche.

1/12 modifié

Pas vraiment de suspens ni de débat, les écarts sont importants entre les pilotes, 1T entre le poleman Jonathan Miller et PePe Caso, 3T entre PePe et Patrice Monet, 3T entre Patrice et Jean Luc Guigou et 4T pour finir entre Jean Luc et Philippe Fages.

Ze race (finales)

Touring modifié

Brice se sera vaillamment battu contre lui-même, mais ce ne fût pas suffisant puisque c’est Brice qui gagne à l’issue des 4 finales.

Touring stock

Le couple formé pour l’occasion par Seb et Fabien tiendra ses promesses de baston jusqu’à la fin où il fallut attendre la toute dernière manche pour les départager. La réussite penchant en faveur de Fabien, c’est donc lui qui gagne la course, suivi donc de Seb à égalité de point, les 2 étant départagés par leur meilleur manche. Suivent Ludo et Eric à seulement un point d’écart. Le reste du quinté restera dans l’ordre des qualifications : Cédric, Olivier, Mattéo, Romain et Laurent.

Formule 1

Si on peut dire qu’il y a eu du rififi en finale touring, que dire de ce qui s’est passé en F1. Le pole man ne concrétisera pas en faisant 4. David n’aura pas réussi quant à lui à trouver le moyen de profiter des désagréments de Kevin, mais maintiendra sa 2ème place. C’est Abel qui réalisera la meilleure opération, passant de 3 à 1er. Autre joli bond en avant pour Pierre qui gratte 2 places, le propulsant de 5 à 3, ce qui nous complète le podium. Le 5 n’est autre que notre JP à égalité de points avec Kevin, puis Cyril, Eric, Xavier et Alain.

1/12 stock

Les finales seront à l’image des qualifs, sans gros suspens. Tanguy prend de suite la main et laisse les autres se débrouiller. Du coup, bah ma foi Cédric fait de même et conserve sa 2ème place. Pour la 3ème place, c’est plus compliqué quand même, Patrick et Henri Philippe se trouvant à égalité de points. Comme toujours c’est la meilleure manche qui les départagera au profit de Patrick. Et pour finir, Nathan, Patrice et Vincent.

1/12 modifié

Un peu plus mouvementé mais guère plus, Jonathan gagne la course, PePe fait 2 et Patrice 3, les 3 pilotes ayant chacun une marge somme toute confortable sur leur poursuivant respectif. Jean Luc et Philippe clôturent le classement.

Ze podiums

Ze technique

En 1/12, RAS, rien vu de révolutionnaire. Généralement, les autos sont bien préparées et les pilotes minutieux. L’emploi d’un vario dédié (1S) est très répandu, comme par exemple ce contrôleur en provenance de chez ZTW.

Formule 1

Même si le modèle de chez Xray est toujours aussi populaire, pour les raisons évidentes que l’on sait, on ne peut que constater que les concurrents commencent à lui tailler des croupières. Pour preuve, le trio de tête était composé de 3 marques différentes: VBC, Xray et Serpent. Arrêtons nous sur 2 autos plus particulièrement:

Xray X1 ’17 de David Gas

On remarquera l’emploi d’un moteur « low cost » HobbyKing (plus que suffisant sur moquette), d’une ventilation avec support JP Design (à titre personnel, je doute de la pertinence de souffler sur la cage directement, mais vaut mieux ça que rien du tout) et d’une protection de billes de différentiel.
Le contrôleur est un LRP Work team, ce qui contraste un poil avec le moteur HobbyKing 😉 L’utilisation du sauve servo était généralisée, ou quand il faut choisir entre durée de vie du matériel et précision.
On passera sur l’aspect plat de spaghetti de l’installation de l’électronique, tout est à sa place et rien ne semble gêner le travail du train arrière, chose ô combien importante et pourtant si souvent négligée. Pas d’utilisation de la « rallonge » de l’amortisseur central, pourtant très à la mode. D’après le pilote, aucun gain significatif. A creuser dans le futur.

Serpent F110 SF3 d’Abel Martinez

La répartition des masses est différente de l’essentiel de ses consœurs. Le but recherché est de recentrer les masses. Le châssis alu était utilisé. L’amortisseur central semble assez petit en volume en comparaison aux autres. Il serait intéressant de connaître la raison de ce choix technique.
Contrairement aux concurrentes, un seul damper est utilisé. Vu la position retenue de la batterie, 2 dampers auraient été compliqué à placer et surtout tout (trop?) petits (un peu dans le style la première F1 Yokomo).
Visuellement un peu chargé, le train de la Serpent fait appel à des triangles supérieurs en plastique, ce qui permet de régler le carrossage sans faire appel à des inserts, comme sur la Xray. Les inserts sont  toutefois conservés pour la gestion de la chasse. Pour des raisons de précision, le pilote n’aura pas retenu l’utilisation d’un sauve servo.
Pour finir la petite touche acrobatique, ou comment installer (enfin plutôt essayer d’installer) un vario moderne sur la voiture. Si en configuration ETS, cela ne doit pas poser de trop gros problème, avec une électronique plus conventionnelle cela offre un résultat assez étonnant.

Touring

Encore une fois, beaucoup beaucoup de Xray, toutes générations confondues. Le millésime 2018 est déjà bien implanté, mais le podium sera full 2017 par exemple. 2 Yokomo seront en piste pour tenter de jouer les outsiders, celles d’Eric Loge et de Mattéo Puntil. Jusque là, pas grand chose d’extravagant, on est d’accord. Jusqu’à ce que Brice nous sorte une petite chose exotique qu’on appel CAPRICORN. Ah on en voulait de la différence et du dépaysant! Et bah voilà on est servi!

Capricorn Lab TE03 pro de Brice Turco

L’auto ne passe pas inaperçue déjà, toute rouge anodisée. Les plus experts d’entre vous se seront rendus compte de pas mal de similitudes avec les modèles de la marque ARC. On peut citer facilement toute la géométrie, allant même jusqu’à utiliser les pièces plastiques.  Je soupçonne des pièces alu ayant les mêmes côtes voire être des pièces ARC anodisées rouges. Bref, du coup, est ce une R11 de couleur rouge? Et bien non… Oh non. Déjà la nature du carbone n’a pas du tout la même origine. Ensuite, et je pense que c’est la grosse différence avec les autres autos, dont la ARC, c’est la fixation des triangles sur les cellules. Autre subtilité, celle-ci étant un héritage de la culture 1/8 piste nitro, l’utilisation de plastique chargé en kevlar, donnant ce côté jaune aux différentes poulies. Pour finir ce bref tour du proprio, l’utilisation de la platine option verticale. Le pilote aura beaucoup travaillé tout au long du weekend pour améliorer son auto, jusqu’à donner des signes très encourageants en fin de course.

Ze épilogue

Que dire? Tout s’est globalement bien passé, tout le monde (enfin je crois) est reparti content de sa journée voire de son weekend pour certains. En plus la météo était avec nous puisque dehors au mieux on se gelait au pire on se faisait rincer 🙂 Qu’est ce qu’on était bien dedans!

Course de ligue indoor au RMCP 15/10/17 (round 1)

Ze introduction

C’est le club de Pierrelatte, dans le sud Drôme, qui a eu l’immense privilège d’organiser la reprise du championnat de ligue indoor.
Contrairement aux habitudes, la dimension de la piste avait été revue: ce ne fût non pas 5 mais 4 rouleaux qui furent utilisés pour la conception de celle-ci. Cela découle d’une réflexion liée à la fois à une volonté de gagner du temps pour le montage et démontage mais également d’un gain de place pour loger de manière plus confortable tous les pilotes. Les commentaires ont été positifs, cela devrait donc être renouvelé.

Malgré la météo extrêmement clémente de ce début d’automne, 31 pilotes ont répondu présents pour s’affronter sur une piste pleine de périls. C’est pas mal, mais soyons honnête, au regard de la météo très ensoleillée pour ne pas dire idyllique, c’est même franchement bien payé. Bref, la répartition des pilotes fût la suivante:

Touring découverte: 3
Touring 13.5: 8
F1: 9
1/12 13.5: 9
1/12 modifié: 2

Ze race (qualifs)

Découverte

C’est une chose suffisamment peu habituelle pour être soulignée, la présence d’une demoiselle lors de cette course. Jennifer concourait en catégorie découverte et s’est montrée tout à fait à la hauteur et même plus. Pour preuve, sa nette supériorité sur ses 2 jeunes poursuivants avec un écart d’au moins un tour à chaque qualif. Derrière, une lutte fratricide s’engage au sein de la famille Peugeot et c’est Arthur qui prend l’avantage sur Baptiste, ce qui lui permet de saisir la deuxième place et Baptise la 3ème

Touring stock 13.5

En 13.5, c’est plus corsé. Même si Arnaud Soulignac, en docteur ès course moquette et finaliste A de deux ETS mène la danse, derrière c’est plus nuancé. Fabien occupera la deuxième place, à distance respectable d’Arnaud et nettement moins de Ludovic. Les frères Nardeux eux-mêmes très proches, se disputeront la troisième pour seulement 7/10!!!! C’est extrêmement serré vous l’aurez compris. Ensuite, l’ordre sera le suivant: Sébastien, Cédric, Olivier, Widy et Hugues.

Formule 1

Christophe Rivière, déjà couronné champion de la ligue 10 prendra rapidement le contrôle des qualifs. A sa suite, un talent émergent du nom de David « Dugrand Mendez » Gaz, petit jeune qui nous vient de Nimes et qui s’est mis récemment à la voiture R/C. Eric Bellina aurait pu lui contester sa place, mais de trop nombreuses petites erreurs lui coûteront ce luxe sur la grille. Cyril, posté en embuscade, en profite lui pour empocher la 4ème place. Ca a été très chaud entre le nouveau venu en F1 Widy Gimard et le très expérimenté JP Boissonade, mais la chance du débutant a vaincu l’expérience et c’est donc Widy qui profite de la 5ème place. La suite du classement: Kevin, Philippe et Alain.

1/12 stock 13.5

Bataille au somment entre Tanguy Vandre et Jonathan Miller, l’un comme l’autre pouvant ramasser le gain de la pole. Tanguy va finalement encaisser les gains pour 2 secondes sur 8min. Les écarts par la suite seront beaucoup plus importants d’un pilote à l’autre. L’ordre de la suite du tiercé: Patrick, Henri-Philippe, Cédric, Nathan, Patrice et Serge.

Ze race (finales)

Bon, c’est pas tout ça mais on a passé la matinée à affûter les couteaux et les hâches dans un seul but: LES FINALES!!! Donc faut que ça serve.

Découverte

En découverte, Jennifer malgré une excellente première finale, craquera à la seconde. Elle devra se refaire à la troisième, ce qu’elle fit mais de justesse. Suffisant pour gagner cette course, podium complété par Arthur 2ème et Baptiste 3ème.

Touring stock 13.5

Tout comme sa bien-aimée, Arnaud gagne sa caté. non sans se goinfrer au passage puisqu’il ne prit même pas la peine d’en laisser une des trois à ses camarades. Du coup, moi-même fait 2 et Seb, qui a réussi à se défaire de son frère fait 3. Suivent donc Ludo, Cédric, Widy, qui intervertira sa place des qualifs avec Olivier et enfin Hugues. 

Formule 1

Contrairement aux deux catés citées juste avant, le leader n’aura jamais eu la chance de passer la ligne d’arrivée en tête car toujours victime d’accrochage avec des retardataires. Et c’est le jeune Mendez qui bénéficie de ces faits de course pour toutes les gagner! (ndlr: je sais pas si le petit Mendez à une copine, mais à sa place je me poserais des questions, autant de chance dans la même journée c’est louche, enfin je dis ça je dis rien…). Christophe finissant à une confortable deuxième tout de même. Et c’est Cyril toujours en embuscade qui attrape au vol la dernière place du podium. Ensuite, et dans l’ordre, Eric, Kevin, JP, Widy, Philippe et Alain.

1/12 stock 13.5

Pas de changement dans le top 3 des qualifs,Tanguy, Jonathan et Patrick. Cela se complète par Henri-Philippe, Cédric, Nathan qui a échangé sa place avec Patrice. Serge ferme la marche.

Ze technique

Touring

On en a fini avec les exploits de ces messieurs (dames), maintenant nous allons parler de leur outil. La grosse (et seule) sensation « matérielle » du weekend c’est la présence de la nouvelle Xray T4 2018. Bon, on va pas se laisser aller à lire la fiche technique, se serait un peu chiant et pas très utile. Pour faire simple, nouveaux amortisseurs et masses recentrées. Pour vous rassurer (ou non) elle est toujours aussi orange. Mis à part ça, pas grand chose. Ça marche, ça va vite, ça prend pas la tête. Beaucoup de choses sont transférables de la 2017 à celle-ci, ce qui est un point qui m’a grandement rassuré.

L’exemplaire de Cédric Gerbert :

On pourra constater que le pilote se sera déjà laissé tenter par le châssis aluminium et une paire de courroies blanches. Sinon RAS, du simple et de l’efficace.

Et celui de Arnaud Soulignac:

Arnaud comme on peut le voir, en configuration ETS stock en version 2016/2017. Un petit peu plus de détails sympa, comme notamment les lests en laiton usiné « home made », le tout recouvert d’une délicate couche de gaine thermo noire pour un côté élégant. Rien d’extraordinaire, juste une petite pointe de classe assez flatteuse.

 

La Xray T4 2017 reste une auto encore extrêmement populaire, nous en trouvions encore 3 exemplaires dans les stands. A la vue des changements 2017=> 2018, on est clairement en droit de se demander s’il est pertinent (voire intelligent) de changer, d’autant plus dans ce cas-là.

Le modèle de Sébastien (ou Ludovic 🙂 ):

Là encore du simple et de l’efficace.

On entend souvent dire que la piste 1/10 électrique est très (trop?) exigeante, qu’il faut du matos dernier cri sinon même pas on se présente en course. Bref qu’en gros, si t’es pas blindé, va jouer ailleurs. Les deux exemples ci-dessous nous montrent le contraire. On ne finira pas de le dire et de le répéter, les moyens sont une chose, si vous roulez jamais et que vous ne vous entraînez pas régulièrement, vous aurez beau claquer d’la thune autant que vous voulez, vous ferez pas mieux qu’avec du matos nettement moins hype. J’en veux pour preuve ces Xray T4,  la première millésime 2013 et l’autre, 2016.

Widy Gimard, pilote Schumacher pour la France, roulait ici avec la MI6.

 

 

 

 

 

Formule 1

On retrouve une majorité écrasante de Xray X1, toutes générations confondues. Sur celle de Christophe Rivière on apercevra des choses assez sympa, d’autres moins. Parmi les sympa, le support de ventilateur en carbone made by JP Design, permettant à la fois de fixer un ventilateur soufflant sur la tête et un autre sur la cage. Détail moins glamour, la couleur des fils de puissance, mais on peut pas tout avoir, la pole position et le glamour 😉

Autres création de JP Design AKA Jean Paul Boissonade, une cale de réglage de chasse/carrossage, toujours pour Xray X1:

Ze épilogue

Qu’est-ce-qu’on retiendra de cette course. La piste en premier je dirais. Certes plus rapide et courte que d’habitude, l’utilisation de 4 rouleaux a permis un gain de place plus qu’appréciable et j’aime à penser que la technicité du tracé n’en a pas souffert. Ensuite, les effectifs. 31 pilotes qui se réunissent pour rouler sur moquette quand il fait encore 20°C dehors, c’est quand même pas mal du tout. Je nuancerais toutefois, c’est 31 pilotes à répartir sur 5 catégories. Reste à espérer que cela prenne du volume pour les prochaines manches. Pour finir, Nono Soulignac en orange, de mon vivant, je ne pensais pas être un jour témoin d’un tel changement. Mais si, il l’a fait. J’en suis encore tout émouvé.
Reste plus qu’à vous donner rendez-vous le 5 novembre pour en découdre encore dans la joie ET la bonne humeur.

Bisous.

Ze ambiance